samedi, 29 avril 2017
A+ R A-

Cérémonie en l'honneur de Jean Zay

cérémonie Panthéon

J'ai eu l'insigne honneur de me trouver près de Monsieur Jean ZAY ces 26 et 27 mai 2015, d'abord à La Sorbonne mardi soir et mercredi matin, puis au Panthéon le 27 au soir de par la place qui m'a été faite au nom de l'USEP au sein de la délégation des responsables nationaux de la Ligue de l'Enseignement.

Lors de ces différents moments rythmés en ces deux lieux par musiques, chants, textes, hymnes, gerbes et discours, il m'a été donné de mieux comprendre qu'une histoire restait à construire à la condition expresse de savoir tirer profit de ce qui se nomme "engagement" de ces quatre illustres personnages mis en exergue ce 27 mai.

Les legs divers qu'ils nous laissent nous montrent combien il peut être rassurant de pouvoir se retourner vers cette histoire pour mieux construire demain.

L'horreur liée à la fin tragique de Jean ZAY, si elle nous fait mal au plus profond de notre cœur, ne pourra supplanter l'espoir que nous vouons au principe hautement républicain de justice.

 Je reprends ici les mots de Catherine MARTIN ZAY, avec qui j'ai eu le bonheur de converser en ce 27 mai, m'indiquant que le combat d'une vie n'avait pas été centré sur l'entrée au Panthéon de leur père mais de toujours penser et croire qu'un jour justice serait faite.

Monsieur Jean ZAY est donc désormais bien présent, en toute justice, en ce lieu dédié à la reconnaissance que la Patrie porte à ses plus illustres personnages.

En sa qualité de visionnaire, tout autant que martyr, Monsieur Jean ZAY nous a montré l'idéal à atteindre, celui d'un Enfant éduqué, éclairé au fil de son parcours, Enfant qui deviendra Homme, Citoyen à part entière, libre par essence.

Notre devoir est bien de choisir le chemin, de construire les repères tendant vers cet idéal et de ne jamais nous départir de notre engagement lié à des convictions qui prennent force et vigueur dans des vies exemplaires.

L'honneur et l'émotion de ces moments historiques à plus d'un titre m'ont fait dire au plus profond de mon être :

C'est en nous souvenant que nous construirons !

Jean Michel Sautreau

Président de l'USEP 

 

Submit to FacebookSubmit to Twitter